Présentation générale

Fort de plus de soixante chercheurs de haut niveau, le CIERL (Centre Interdisciplinaire d'Étude des Religions et de la Laïcité) a pour ambition de constituer un pôle d’excellence visible au sein de l’Institution universitaire. Le CIERL est agréé par le FNRS comme l'un des dix laboratoires de référence en Sciences Humaines au sein de la Communauté Française.
>>> lire la suite.

The CIERL is at the forefront of the research in humanities and social sciences in Belgium because of its level of  expertise, to which the label given by the “National Fund for Scientific Research” (FNRS) attests, and because of the number and of the quality of its researchers and professors.

Prix et distinctions :

  • Sylvie Peperstraete a été élue "membre associé" à l'Académie royale des Sciences d'Outre-Mer (ARSOM), en avril 2016
  • Baudouin Decharneux a été élu le 21 avril 2016 membre associé de l’Académie d’Athènes. L’Institut supérieur pédagogique de Kananga et les Universités associées du Kasaï (RDC), ainsi que l’Université de Targoviste (Roumanie) lui ont décerné le titre de Docteur Honoris Causa.
  • Cécile Vanderpelen et Jean-Philippe Schreiber ont obtenu en septembre 2016 le Prix triennal Jean Teghem du CEPULB « récompensant une personne ou un collectif qui s’est distingué par une œuvre remarquable dans le domaine de la vulgarisation scientifique ou de l’éducation permanente ».

Professeurs invités :


Le CIERL accueille en cette année académique 2017-2018, 3 professeurs invités dans le cadre des chaires ouvertes par la Maison des Sciences humaines de l’ULB : 

Jacques Ehrenfreund est professeur titulaire de la Chaire d’histoire des Juifs et du judaïsme à l’Université de Lausanne. Historien spécialiste de l’histoire des Juifs et du judaïsme à l’époque moderne et contemporaine, Jacques Ehrenfreund s’intéresse à la question de la construction des groupes et des identités sociales à l’ère de la nationalisation des sociétés européennes et au rôle rempli par les héritages religieux dans ce cadre. Il est l’auteur, avec Jean-Philippe Schreiber de : Les marranismes. De la religiosité cachée à la société ouverte, Éditions Demopolis, 2014 ; avec Pierre Gisel, Religieux, société civile, politique. Enjeux et débats historiques et contemporains, Éditions Antipodes, 2012


Frédéric Gugelot est professeur agrégé en histoire contemporaine, à l’Université de Reims (Champagne-Ardennes), et membre du CERHiC (Centre d’Etudes et de Recherche en Histoire Culturelle). Ses recherches portent principalement sur l’histoire culturelle du religieux. Il est l’auteur de: La messe est dite. Le prêtre et la littérature d’inspiration catholique en France au XXe siècle, Presses universitaires de Rennes, 2015 et La conversion des intellectuels au catholicisme en France 1885-1935, C.N.R.S. Éditions, 1998, 533 p. Nouvelle édition revue, 2010 ; il a codirigé avec Cécile Vanderpelen et Jean-Philippe Warren, L’engagement créateur. Écritures et langages des personnalismes chrétiens au XXesiècle, COnTEXTES, n°12, 2012

Philippe Portier est, depuis 2007, directeur d’études à l’École pratique des hautes études (Paris-Sorbonne), où il occupe la chaire « Histoire et sociologie des laïcités », et dont il est membre du Conseil scientifique. Depuis 2008, il est directeur du Groupe Sociétés, Religions, Laïcités. Ses recherches portent principalement sur l’analyse comparée des régimes de sécularité, la sociologie et la philosophie de la laïcité française, la relation religion/politique, la sociologie du catholicisme, la théorie de la démocratie, la philosophie politique contemporaine. Il est l’auteur de l’Etat et les Religions en France. Presses universitaires de Rennes, 2016


Conférences et séminaires :

Prochaines activités

4 octobre 2017: Conférence de rentrée académique du CIERL

La conférence de rentrée académique 2017-2018 du CIERL se tiendra le 4 octobre 2017, à 18h00, Grande salle du CIERL

Nous aurons le privilège d’entendre Elena MAZZETTO, chercheuse au CIERL et spécialiste du monde aztèque (CIERL/FNRS) sur le thème :  Sang et sacrifice : l’alimentation des divinités aztèques (affiche)

Synopsis :
Dans la vision du monde mésoaméricaine, les entités surnaturelles avaient des goûts alimentaires qui changeaient en fonction de leur champ d’action et domaine. Ainsi, les entités célestes étaient censées se nourrir des vapeurs et des odeurs émanant des aliments chauds offerts lors des cérémonies religieuses. En revanche, les entités liées aux espaces terrestres privilégiaient une nourriture crue à base de sang et de parties du corps humain. Pour mieux comprendre ce système alimentaire, à l’aide des manuscrits illustrés (codex) de l’époque préhispanique et des chroniques coloniales du XVIème siècle, nous réaliserons, dans cette présentation, un tour d’horizon du panthéon aztèque, pour démontrer, à l’aide d’études de cas, comment les spécialistes religieux nourrissaient leurs divinités. Ensuite, nous étudierons avec plus de détails les plats présentés en offrande et leur symbolisme. Enfin, nous nous pencherons sur le don alimentaire comme instrument d’échange très puissant entre les êtres humains et les divinités. Exactement comme le sacrifice qui permettait aux hommes de demander et même d'exiger les dons les plus précieux: l'arrivée des pluies et la croissance des plantes.

Entrée libre mais inscription obligatoire
QR code
 

date de publication : 2017-06-30

. : © 2010 | copyright : .